Vin et gastronomie

La présence intemporelle et perpétuelle du vin, en tant qu’élément essentiel de la gastronomie, dépasse de loin les frontières nationales ou territoriales. Dionysos a bien pu enseigner l’art de la viticulture aux Grecs anciens, mais les dons inestimables et la pratique de cet art ancien n’ont cessé de voyager partout dans le monde. Il est difficile d’imaginer le régime méditerranéen sans vin puisque ce dernier en constitue un facteur clé, d’abord comme un ingrédient essentiel d’une variété de recettes pour devenir ensuite le compagnon parfait de tout repas. Mais le Mare Nostrum romain ne fut qu’une escale pour ce cadeau de la vigne. La variété de goûts, d’arômes et de nuances de couleurs qu’il offre lui confère le pouvoir de s’allier à toute sorte de cuisine nationale, réjouissant les cœurs aux quatre coins de la planète.

L’association des cépages d’une région n’est pas une condition préalable à la création d’un paysage gastronomique unifié. Le caractère local, clairement influencé par les gens qui s’y retrouvent d’une manière ou d’une autre, se base sur un assortiment de saveurs. C’est autour des piliers représentés par l’élevage, la pêche et leurs dérivés qui occupaient les résidents locaux pendant des millénaires que s’est bâti ce processus perpétuel et intemporel. Depuis le traité d’Aristote « Sur les poissons » jusqu’à l’arrivée de la population grecque d’Asie Mineure dans le cadre de l’échange des populations en 1923-1924, l’approche individuelle de chaque cuisine s’est parfaitement alliée à chaque choix, créant ainsi une continuité qui révèle son unicité sur la côte du golfe Toronéen ou du golfe Singitique.

D’une part, il y a la viande – allant de la langue de bœuf aux pâtés à la viande – mais aussi les fromages jaunes à pâte molle qui se marient à merveille avec le Limnio ; d’autre part, il y a les sauclets, les anchois, les picarels, les moules –servies surtout frites – les soupes de poissons et les poulpes grillés, provenant du vaste jardin de la mer Egée et tous dignes partenaires du Roditis. La culture gastronomique locale se dresse en gardienne exemplaire des produits locaux avec les résultats les plus gustatifs possibles.